top of page

Les différents types d'emballages jetables : quels sont ceux à éviter absolument ?

Dernière mise à jour : 16 sept. 2021


Un petit rappel sur l’impact environnemental des emballages à usage unique, ça vous dit 💡? Bien que ce ne soit pas très rassurant, il est important d’être conscient des conséquences qu’un seul repas emballé peut avoir sur notre planète. 🌍 On vous propose donc une petite présentation de l’efficacité et de l’impact des différents types d’emballages jetables.


Nous savons tous que la meilleure option est le réemploi ♻️ et qu’il faut donc prioriser à tout prix les contenants réutilisables. Mais ce guide devrait vous aider à faire de meilleurs choix lorsque vous ne pouvez pas ramener votre propre lunchbox ou que barePack n’est pas disponible. 😉

Tout au long de cet article, nous allons attribuer une note aux types d’emballages jetables, allant de 5 diables 😈😈😈😈😈(le pire) à 1 diable 😈(le moins pire) ; la notation étant basée sur leur adéquation à un usage unique.


1. Boîtes en polystyrène 😈😈😈😈😈


Les boîtes à clapet en polystyrène étaient, avant leur interdiction en 2021 dans le cadre de la loi anti-gaspillage en France, les plus utilisées pour emballer les restes de restaurants et les kebabs. Le polystyrène est ainsi l'un des principaux matériaux de contenants, car il est le moins cher de tous les types d'articles jetables. Ses propriétés – à savoir qu’il se casse très facilement et qu’il absorbe l’humidité et le gras des aliments – expliquent son prix deux à trois fois moins cher que les autres et illustrent qu’il n’est pas du tout adapté à des usages multiples.

Ce qu'il faut savoir, c'est que de nombreuses recherches scientifiques révèlent que le polystyrène libère du styrène, une substance qui peut entraîner des effet pro-cancérogènes et neurotoxiques avec des maux de tête et de la fatigue. Il se désintègre également facilement et reste donc très présent dans l’environnement après sa destruction. (lire notre article sur les boites en polystyrene ICI)



2. Contenants en plastique 😈😈😈😈


Les contenants en plastique sont partout, car ils sont très adaptables et peuvent donc convenir à tous types de repas ou boissons : salades de traiteur, boîtes à sushis, pots de yaourt, récipients de sauce, gobelets à soda ou encore bubble tea.


emballages plastique jetable

Le plastique est fabriqué à partir de pétrole, une ressource naturelle et donc épuisable, et pourtant, nous utilisons 4 à 8 % du pétrole mondial rien que pour la fabrication des plastiques. Là encore, de nombreux produits chimiques sont utilisés pour produire des résines de plastique et présentent de sérieux risques pour la santé 🆘 (les plus nocifs étant les bisphénols A et S). En théorie, le recyclage contribue à réduire la production de plastique, mais trop souvent, les emballages soit n'arrivent pas dans la bonne poubelle de tri, soit sont contaminés par des résidus alimentaires ou ne peuvent tout simplement pas être recyclés par manque d’infrastructures face aux volumes que nous jetons.


Ainsi, avec tous les sacs en plastique que nous jetons directement ou indirectement dans les océans(représentant 43% de tous les déchets marins), on estime que 100 000 mammifères marins 🐠 sont tués par des sacs à usage unique chaque année (ainsi que des millions d'oiseaux et de poissons), alors qu'ils ne sont utilisés que 12 minutes en moyenne.


Enfin, notez qu’il est déconseillé de réutiliser les plastiques à usage unique en usage alimentaire, car ils n'ont pas été conçus pour cela ! Il a été démontré que des composés chimiques potentiellement dangereux "migrent" des récipients en plastique vers l'eau et les aliments, en particulier si vous passez le récipient au microondes ou si vous l'exposez à des températures changeantes.

3. Sacs en papier 😈😈😈

Vous voyez ? Ceux qui sont utilisés par les boulangeries, les cafés les plus « responsables » et les magasins en vrac pour les aliments secs ?

sac papier jetable

Bien qu'ils soient "naturels", les sacs en plastique ont quand même des choses à se reprocher, notamment leur production extrêmement énergivore (électricité et eau), productrice de CO² et utilisatrice de nombreux produits chimiques. Du plus nocif ou moins nocif, nous avons : les cassés de fabrication provenant des usines à papier, les papiers recyclés post-consommation, puis les papiers recyclés pré-consommation, et enfin les papiers naturels certifiés.


Le papier recyclé permet d'économiser des déchets 🚯, notamment ceux de sa production comme l'eau et les produits chimiques. Toutefois, après plusieurs recyclages, les fibres deviennent trop courtes pour fabriquer du nouveau papier : ce n’est donc pas un cercle infini, contrairement à ce que beaucoup de gens croient.


Certaines certifications comme le Forest Stewardship Council (FSC) ou le Programme for the Endorsement of Forest Certification (PEFC) s'assurent de bonnes pratiques forestières et garantissent des produits à plus faible impact environnemental. Cependant, les produits sous ces normes restent plus chers et sont encore minoritaires ; certains questionnent également leur véritable impact en rapprochant l'explosition de la consommation de papier versus la durée nécessaire à l’atteinte de maturité d’un nouvel arbre.


4. Boîtes en carton 😈😈😈


Très courants pour emballer les pizzas, les nouilles et les pâtisseries, ou pour porter 2 gobelets sans se brûler, les contenants en carton sont utilisés dans énormément de commerces.

emballage carton jetable

Comme pour le papier, il existe plusieurs types de carton, certains moins mauvais que d’autres. Bien que quelques formats soient recyclables, la plupart contiennent une couche de plastique qui sert à garder l’emballage étanche et malheureusement empêche son recyclage. De plus, et c'est valable pour le papier aussi, on utilise souvent du chlore ou de l'eau de Javel pour blanchir la matière, or ces produits sont très nocifs pour l'environnement. ⚠️


Enfin, il est important de savoir que les industries de carton et papier sont très intensives et utilisent beaucoup d’énergie, d'eau et de produits chimiques. Il est donc important de favoriser les produits recyclés, facilement reconnaissables à leur couleur moins blanche et ainsi de consommer plus responsable.



5. Les bioplastiques 😈😈

Bien qu’ils soient fabriqués à partir de sous-produits agricoles amylacés (par exemple le maïs, la pomme de terre ou les protéines de soja), ils ne peuvent pas se décomposer. Dans le milieu océanique notamment 🌊, ils ont le même impact négatif que les plastiques conventionnels.

bioplastique jetable

Ils ne dépendent pas de combustibles fossiles pour leur matière première, mais les utilisent pour toute l'énergie nécessaire à leur fabr