Le véritable coût de la nourriture bon marché


À maintes reprises, les panneaux « Rabais ! », « Offre spéciale ! », « Prix cassés ! » 🛒 ont réussi à attirer mon attention et à me faire entrer dans les magasins. Chacun d'entre nous est un consommateur coupable de produits bon marché, et c'est mon cas. Bien que cela puisse sembler être une bonne affaire pour nous, consommateurs, le véritable coût de ces produits à bas prix est payé ailleurs.




En souhaitant à tout prix économiser quelques dizaines de centimes 💶, nous infligeons un coût supplémentaire au « coût caché » des aliments bon marché, dont les répercussions sont désastreuses.

De quel type de coût parlons-nous ici ? Celui subi par notre environnement et notre santé. En effet, vous n’êtes pas sans savoir que les modes de production non durables que nous exploitons aujourd’hui dégradent terriblement les écosystèmes 🦌 et contribuent largement au réchauffement climatique 🔥.

Il en va de même avec notre organisme : les aliments bon marché étant extrêmement pauvres sur le plan nutritionnel, ils endommagent considérablement notre santé. Pas si bon marché que ça finalement…😦


Avec l'accroissement de la population‍🍼 et la hausse exponentielle de nos besoins alimentaires🥕, comment les fabricants parviennent-ils à produire en masse tout en garantissant la qualité de nos aliments ? Ils le font de manière artificielle.



Prenons l’exemple du poulet rôti 🍗 que les Français raffolent le dimanche midi.

Tout le monde l’aime lorsqu’il est dodu et juteux. Pour cela, on injecte de l’eau salée et d’autres additifs dans l’animal. Cette pratique, qui existe depuis les années 1970, permet de gonfler le poulet et ainsi gagner de 15 à 30% du poids de la volaille. En plus des atrocités que cette technique impose à ces êtres vivants🐔, elle est effectuée pour éliminer le goût du chlore.

Car, en effet, le poulet que vous avez acheté a très probablement été trempé dans du chlore pour le conserver plus longtemps et éliminer les agents pathogènes qu’il contient. Tous les produits chimiques présents dans le poulet contribuent à augmenter notre consommation de sodium et notre pression artérielle, entraînant certainement par la suite une augmentation des coûts de soins de santé 👨🏼‍⚕️ (entre autres bien évidemment).


Alors peut-être devrons-nous remettre en question notre si bonne affaire du dimanche midi ?


Aux effets néfastes sur notre santé s’ajoutent les dommages environnementaux qu’engendrent les pratiques agricoles actuelles. 🧑‍🌾

Outre l'apport de produits chimiques artificiels, le travail mécanique du sol et l'utilisation d'équipements agricoles lourds provoquent l’érosion des sols et accélèrent la libération de dioxyde de carbone dans l’atmosphère. 🌐



Quant à la monoculture, bien que permettant aux agriculteurs d’avoir des récoltes constantes, elle appauvrit les sols en éléments nutritifs et exploite les ressources limitées de la Terre sans les reconstituer.

Ce mode de production industriel ou «conventionnel » déclenche toute une série d’effets en chaîne : augmentation des émissions de gaz à effet de serre, renforcement des effets de serre et inévitablement réchauffement de la planète.⛑️


En étant conscients des externalités négatives des aliments bon marché, nous pouvons convenir que ces derniers ne semblent plus aussi attrayants.

Si nous apprécions ces aliments à bas prix, ces prix sont loin d'être une représentation exacte de la valeur réelle des aliments que nous consommons. Alors, sommes-nous prêts à sacrifier notre planète et notre santé pour des aliments bon marché ? 🤷🏻


Ouvrons les yeux 👀 et participons à la construction d’un système alimentaire plus durable et plus équitable 💚. Pas seulement pour nous, mais aussi pour notre environnement.


Rejoignez notre communauté barePack. 👩🏼‍🤝‍👨🏾